photo de Stéphane Beaumort  © 2001Enriqué fut découvert par Eddy Barclay (à l'époque où ce dernier s'occupait encore un peu de musique...), et il eut à 18 ans un succès (corno-?) fulgurant avec deux 45 tours à l'eau de rose. Il enregistra à la même époque les génériques de début et de fin d'un nouveau dessin animé japonais, UFO Robot Grendizer (qui allait s'appeler Goldorak en français), s'impreignant parfaitement du style excessivement théatral de l'interprète japonais pour le restituer dans les versions françaises.

Devant la crainte des parents face à la "violence" de Goldorak (cela fait bien rire aujourd'hui), les paroles et le style guerrier du générique sont pointés du doigt, et Jacqueline Joubert, directrice des programmes pour la jeunesse d'Antenne 2, a besoin d'un générique plus rassurant. Les chansons d'Enriqué sont donc remplacées dès le 18ème épisode par la molle version de Noam, conçue avec une arrière-pensée commerciale, mais qui passera, elle, à la postérité.

Enriqué est le seul de nos quatre compères qui revendique à 200% la filiation Goldorak et est fier d'avoir participé à quelque chose d'historique. Sans doute l'habitude d'avoir interprété des personnages hauts en couleurs et un rien excessifs dans les opérettes populaires de Francis Lopez lui a rendu cette transition plus facile... Il laisse tout de même poindre une petite dose d'amertume et de regret à l'idée que de tous les génériques de la série, seuls les siens n'ont jamais fait l'objet de singles à l'époque,  © 2001 Loga Rythme et que bien qu'on l'entende toujours en accompagnement dans les épisodes même, il n'ait pas touché grand' chose sur le "phénomène" Goldorak. On le comprend, et Loga Rythme aussi, sans doute, qui sort son premier single en faisant réinterpréter à la manière des originaux les deux génériques par Enriqué. Sa prestation sur disque est hélas moins convaincante que sur lenregistrement d'il y a 23 ans (qu'est-il devenu ?), mais c'est sur scène qu'il retrouve toute sa pêche.

suite